28 janvier 2021

Tatoués : ces réflexions qu’on en a marre d’entendre

Par BoukiMouki

J’avais rédigé cet article en 2015 sur mon autre blog. Et bien que le tatouage soit aujourd’hui bien plus répandu (mais est-ce une bonne chose ?…), les mêmes remarques reviennent encore malheureusement trop souvent. Je l’ai donc juste un peu réactualisé.

*********************

Bien que le tatouage se soit aujourd’hui démocratisé (ou plutôt : soit devenu une mode…), il y a encore un long chemin à faire avant que certains clichés sur les tatoués ne disparaissent enfin.

Et avec eux, les éternelles questions et réflexions qu’on entend très (trop) souvent et dont on se passerait volontiers.

Le tatouage est propre à chacun, et là je parle de ceux pour qui il est l’aboutissement d’une vraie réflexion et pour qui ce choix est un choix très personnel.

Alors évidemment, certaines questions peuvent être pertinentes et elles découlent souvent d’une saine curiosité ou d’une absence d’information. Mais d’autres sont carrément lassantes à force de les entendre…

“C’est un vrai ???”

Evidemment que non… Tous les matins, je me colle des décalcomanies, et ça prend un temps fou vu le nombre de tattoos que j’ai sur le corps !

Evidemment c’est un vrai, quelle question (plus que) débile !

“Ça fait mal ?”

Bien sûr que ça fait mal, et c’est juste évident quand on réfléchit un peu et qu’on sait que ce sont des aiguilles qui te rentrent dans l’épiderme. Même si c’est assez est relatif car ça dépend de la résistance à la douleur de chacun, du tatoueur (il y en a qui sont assez « bourrins ») et surtout de la partie du corps où l’on se fait tatouer (les côtes et le coup de pied sont assez douloureux par exemple).

“Tu seras moche quand tu seras vieux/vieille ! »”

Et pourquoi donc je serai plus moche que toi ? On sera tous ridés un jour. Avec ou sans tattoos, ça va changer quoi ? Et qui te dit que je ne serai pas une vieille qui aura la super classe avec ses tattoos ?

« Je peux toucher ?”

Mais ça va pas ?? Je n’ai jamais compris cet intérêt de toucher le tattoo de quelqu’un… C’est comme ceux qui touchent le ventre d’une femme enceinte : ça ne se fait pas, point.

“Qu’est ce qu’il veut dire ton tattoo ?

Qu’est ce que ça peut bien te faire ? Si c’est quelqu’un que je connais, à la rigueur je lui réponds… enfin,peut être. Mais un tatouage, c’est intime, c’est très personnel ; on en parle pas au premier venu.

“Tes proches/ton chéri/ta femme en pensent quoi ?” (sous-entendu : ils n’approuvent pas)

Mon corps m’appartient. Et bien que je respecte mes proches, leur avis sur ce que je fais de mon corps m’importe peu.

“Et tes enfants, tu les laisseras aussi se faire tatouer ?”

Les enfants, lorsqu’ils grandissent, sont tout à fait capables de faire la part des choses, si tant est qu’on les leur explique (et ça vaut pour tout). Libre à eux de se faire tatouer ou non, tant qu’ils ne sont pas trop jeunes et qu’ils y ont réfléchi très sérieusement.

“C’est cher un tatouage !! Pourquoi tu gardes pas ton argent pour quelque chose d’utile ?”

Chacun sa passion. Celui-ci préfèrera s’acheter une belle montre, celui-là une belle voiture. Moi ce sont les tattoos (que je garderai  d’ailleurs à vie, contrairement à ces objets très matériels…). Sans oublier qu’un beau tatouage est fait par un artiste et l’art a un prix !

“T’as pas peur de le regretter plus tard ?”

Quand on est un minimum adulte et responsable, on se pose les bonnes questions en ayant les bonnes informations : un tatouage c’est à vie, tout le monde le sait. Alors avant de passer à l’acte, on pèse bien le pour et le contre. Pour ma part, j’ai commencé vers 35 ans (j’en ai 49) après une très longue réflexion pour justement ne pas faire n’importe quoi.

« Wouah il est trop beau !!! Je veux le même !! »

Franchement… Déjà que le tatouage est devenu une mode, en plus certains copient les tattoos des autres. Quel manque flagrant de personnalité !!! D’autant plus qu’un tatoueur respectueux (mis à part les flashs) ne reproduira jamais le même tatouage ou le tatouage d’une autre personne car justement, un tattoo c’est unique et personnel.

“Tu comptes t’arrêter un jour ?”

 Et toi, tu vas arrêter de me poser des questions idiotes ?